La transe... Le voyage chamanique... Et la folie!

Publié le par Rémi

Une des plus grandes bizareries du chamanisme est l'utilisation de transes, ou états de conscience modifiés, souvent perçus dans notre culture comme anormaux ou pathologiques, pour réaliser de soi-disants "voyages" qui peuvent nous rappeler les délires ou hallucinations de malades mentaux ou de drogués... Qu'en est-il vraiment?

Laurent Huguelit, un des chamans qui m'ont formés, dit souvent que la différence entre un chaman et un fou, c'est que le chaman revient! Etonnement, des études récentes menée sur Corinne Sombrun, elle aussi chaman, ont mis en évidence la similitude entre l'encéphalogramme d'une personne en transe et celui d'une personne atteinte de trois pathologies mentales lourdes (dépression grave, troubles maniaques, schizophrénie) Pour plus d'informations, voir la vidéo ici...

La différence, vous l'aurez compris, c'est que ces états sont maitrisés par le chaman. Il sont d'abord induits par certaines techniques, comme le jeu du tambour ou du hochet (à une certaine fréquence qui va modifier les ondes cérébrales). D'autres cultures utilisent des plantes, des danses... Un aspect important est que le chaman gardera toujours conscience de l'existence de la réalité commune et fera la différence avec ce qu'il vit dans l'autre. Il sera donc à même de décider son retour et de l'accompagner par exemple par un changement du rythme de son tambour. Le début et la fin de transe doit être nettement marquée par le rituel qu'utilise le chaman: il ne s'agit pas de naviguer entre les réalités de façon désordonnée, mais d'entrer dans cet état pour pratiquer le soin puis de revenir à l'état normal d'incarnation, l'âme bien ancrée dans le corps.

Maintenant, il me faut définir la transe, l'état modifié de conscience. On a souvent tendance à penser que ces états sont rarement vécus, mais notre quotidien est remplis de transes. Lorsque vous regardez un film, vous êtes dans une "autre réalité", avec sa propre logique. Un super héros peut s'y envoler rien qu'en tendant un bras devant lui. Un homme peut s'y transformer en loup. On peu voyager dans le temps. Vous vivez ces situations de façon intense, et c'est d'ailleurs pour éprouver diverses émotions que nous regardons des films...

Même la lecture est une forme de transe. Si je vous parle d'un éléphant rose, pendant une fraction de seconde, vous avez halluciné un éléphant rose (deux fois!).

Tiens, à propos, que veut dire "hallucination"? On la voit souvent comme pathologique, défini par le fait de croire réelle une chose qui ne l'est pas. Etre réel, étymologiquement, c'est être un objet, fait de matière. Est-ce que l'inconscient est réel? Est-ce que l'amour est réel? Il y a en fait une subtile différence entre "être réel" et "exister"...

Rechercher l'étymologie d'halluciner s'arrête souvent au verbe latin équivalent, "hallucinari", traduit par "divagation de l'esprit". Mais si on allait plus loin? Le Dictionnaire de la langue française avec latin et étymologie de 1843 nous "éclaire": "halluciner" viendrait de "ad lucem", qui veut littéralement dire "vers la lumière"...

Notre culture voit globalement d'un mauvais oeil les états de conscience modifiés: c'est être dans la lune, c'est l'ivresse de l'alcool, le "trip" du drogué... Alors que beaucoup de cultures actuelles, et beaucoup à travers les âges, les ont vu comme précieuses, comme des sources d'informations (les augures) et de guérisons. Nous pouvons être relativement clivés par rapport à ces états, et penser ne jamais en vivre... Même si on rêve toutes les nuits et que, de temps à autre, on connait l'orgasme!

Le mouvement psychédélique des années 70 a été un temps d'exploration débridée des états de conscience modifiés, utilisant divers moyens. Les abus de substances dangereuses ont mené au bannissement presque total de de ces explorations, même s'il subsiste de nos jours des méthodes comme la respiration holotropique, ou encore des techniques à base de flashs lumineux qui ont été largement perfectionnées, comme celle que je propose avec la PandoraStar.

Le voyage chamanique, quand à lui, s'apparente à un voyage imaginaire, à un rêve éveillé, une aventure reçue comme par intuition parce que l'on s'est ouvert pour l'accueillir, et dans laquelle nous avons notre libre arbitre. Le chaman est souvent décrit comme un "os creux", son évolution commençant d'abord par le nettoyage de cet os... Nettoyage qui sera poursuivi par des pratiques de purification tout au long de la vie du chaman...

Le but est de "laisser passer" le plus possible, de ne pas projeter dans l'expérience des choses de notre propre vécu...

Le tout premier voyage sert à aller chercher l'animal de pouvoir principal. Les voyages qui suivront permettront d'en trouver éventuellement d'autres, ainsi que des guides ayant forme humaine. Ces esprits bienveillants accompagneront le chaman dans les voyages où ils seront des conseillers, des guides, des protecteurs, et pratiqueront souvent eux-même le soin en passant par du corps du chaman...

Le chaman est alors dans la même situation que l'acteur qui se laisse porter par le personnage qu'il joue...

A ce stade, vous aurez peut-être remarqué une chose: la maladie, le mal-être ou la folie proviennent, dans la vision chamanique, de morceaux d'âmes que l'on a égarés, ou de morceaux d'âmes étrangers qui nous parasitent, et le chaman va précisément, grâce à la transe, envoyer son âme "au loin" pour chercher des informations et des guérisons, et se laisser "parasiter" par un esprit bienveillant pour effectuer le soin. Donc, on peut très bien dire que la transe est une folie contrôlée, ce qui rejoint tout à fait l'expression de Laurent Huguelit et l'encéphalogramme de Corinne Sombrun pendant sa transe...

Etonnant que le chaman utilise les causes du mal être pour lui trouver un remède! C'est, en quelque sorte, une joyeuse folie-thérapie!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie 16/11/2016 13:04

La vidéo m'a plu, j'encourage vos lecteurs à la voir. Alors, il me semble que la transe n'est pas propre au chamanisme ? Serai-ce un moyen par lequel on peut entrer dans le monde invisible ? Y compris pour d'autres formes de croyance ? A moins que ce soit des chamans qui s'ignorent ? J'espère ne pas poser trop de questions à la fois, mais quelle est votre relation avec Dieu ? Y croyez vous ? Intervient il pendant vos transes, selon vous ?

Marie 16/11/2016 14:49

C'est fascinant. Merci à vous Rémi. En espérant qu'aucun avion ne tombera dans votre jardin ! j'apprécie votre humour !

Rémi 16/11/2016 14:13

Euh, oui, ça fait beaucoup de questions! En même temps, ce sont de bonnes questions, alors je vais tenter d'y répondre, au moins globalement.
La transe est un état modifié de conscience parmi d'autres, elle n'est pas forcément propre au chamanisme. On peut penser à l'hypnose, à l'éveil des religions orientales ou à l'état de grâce chrétien...
Ce qui caractérise cette transe là, c'est peut-être qu'elle est à la fois une grande décontraction, proche d'un oubli de soi, qui est nécessaire à la réception d'intuitions, et la capacité d'une intention forte et "pure". Ce que je veux dire par "pure", c'est qu'aucune information, aucun tracas, aucune préoccupation n'y a de place. J'ai parfois l'impression qu'un avion pourrait s'écraser dans le jardin, je continuerais le soin comme si de rien n'était!
Si l'on voit le chamanisme au travers du prisme de la psychanalyse de C.G. Jung, cette qualité de transe est peut-être celle qui est nécessaire pour que le chaman "traverse" son inconscient personnel pour aller travailler au niveau de l'inconscient collectif, et toucher l'inconscient de la personne qui reçoit le soin...
Dieu est présent dans beaucoup de traditions, y compris dans les traditions chamaniques. Les indiens d'Amérique du nord l'appellent Grand Esprit. Ceux d'Amérique du sud, héritiers des traditions amazonienne et espagnole (portugaise pour le Brésil) intègrent souvent les figures chrétiennes.
J'ai reçu une éducation chrétienne, par choix (mes parents n'étaient pas pratiquants), et je crois en Dieu.
Ceci dit, dans les soins, le chaman est accompagné par divers esprits (animaux de pouvoir, plantes de pouvoir, et guides), il ne s'adresse pas directement à Dieu.
Dans la religion chrétienne, on peut aussi demander une intercession, à Marie, ou à un saint. C'est un peu le même principe, mis à part que les saints sont désignés par l'institution, tandis que le chaman a ses propres aides, qu'il a appris à sélectionner seul, et avec qui il travaille à chaque fois.
Mais c'est aussi ouvert. La semaine dernière, j'ai pratiqué un soin sur une dame âgée qui est sur un beau chemin chrétien, sur lequel elle a un guide. Je l'ai (il s'est?) naturellement invité dans ce qui c'est passé...