Flammes jumelles, pensée créatrice, et chamanisme...

Publié le par Rémi Remoussenard

Cette phrase m'a traversé l'esprit, comme le bref chant d'un seul oiseau, juste avant le lever du jour... Si fugace que j'ai bien failli l'oublier... Mais, quand même, elle m'interpellait... J'y ai trouvé une étrangeté qui ne pouvait qu'attiser ma curiosité.... Que cette phrase soit vraie ou non.... Je vous invite juste à explorer l'idée!

Seulement de la communication?

Je pourrais écrire: "Rien de neuf sous le soleil!" Dans toutes les relations, flammes jumelles ou pas, la disposition d'esprit dans laquelle je suis affecte l'autre. Si j'arrive sur la défensive, c'est sûr que ça va avoir un effet plutôt négatif sur l'autre personne, et sur la relation... Il s'agit de tout ce qui est physiquement détectable: le verbal, et le non-verbal (intonations, regards, expressions du visage, gestes, etc...). Et si on allait voir plus loin?

Chamanisme et pensée créatrice...

On connait la pensée positive, créatrice... Dans le chamanisme, le monde des esprits (qui est pour moi l'inconscient collectif) est un lieu où la pensée est fortement créatrice. Lors d'un voyage chamanique, les peurs peuvent "matérialiser" des choses. Avec les techniques les plus puissantes, l'immersion dans le monde des esprits peut être totale. Dans cette immersion, si on laisse la place à nos peurs, on peut aller jusqu'à expérimenter notre propre folie... C'est un des buts de l'apprentissage chamanique que d'arriver à gérer ses peurs, et à placer nos intentions, afin de pouvoir librement utiliser la pensée créatrice, par exemple pour les soins chamaniques... Cette pensée créatrice va bien dans le sens de notre phrase étrange...

L'écologie de l'âme dans le chamanisme...

Il arrive qu'une flamme jumelle me demande, en accompagnement, quel est le rapport entre les relations de flammes jumelles et le chamanisme. Jusqu'à présent, faute de mieux, je répondais que les deux m'étaient tombés dessus! Ceci dit, petit à petit, des liens apparaissent...

Dans le chamanisme, on considère que l'âme peut être fractionnée, et que l'on peut perdre des morceaux d'âme (on a plus tout ses esprits), ce qui va laisser en nous des failles, des blessures (voir Le puzzle de l'esprit). Dans les causes de ces pertes figurent les moments où - la plupart du temps dans l'enfance - nous avons vécu des choses difficiles qui nous ont laissé penser que des parties de nous sont mauvaises, indignes d'Amour. L'enfant, qui voit les adultes comme des demi-dieux, met facilement la responsabilité d'une situation souffrante sur lui-même. Il va enterrer profondément les parties de lui-même qu'il considère comme mauvaises... Et mettre en place un gardien, pour que personne ne puisse venir les voir, ou les déterrer: ce gardien sera un ego, ou un faux-self...

La dépendance affective...

Chaque partie de nous-même que l'on a enterré, chaque morceau d'âme que l'on a égaré, est un manque d'Amour pour nous-même. Et ce manque d'Amour, de nous-même pour nous-même, va nous pousser à aller chercher à l'extérieur ce que nous nous refusons à l'intérieur... Nous devenons dépendants de l'Amour des autres... Avec toutes les peurs de "sevrage" que cela comporte... Peur du rejet, de l'abandon... La dépendance affective dépend de notre estime de soi, c'est à dire de comment nous nous voyons nous-même...

Cette dépendance affective nous fait régresser au stade de l'enfance, dans la remontée de peurs, ainsi que dans l'usage de techniques de manipulation... De soi-même, en se sur-adaptant (on ne respecte alors plus notre identité profonde), ou en manipulant l'autre... Pour obtenir à tout prix son Amour! On pourra sortir de ces comportements nocifs en travaillant sur l'enfant intérieur, ce que j'évoque dans La guérison chamanique au travers du temps...

Application aux flammes jumelles...

Les  flammes jumelles sont connectées par leurs esprits, leurs énergies... Et par leur âme, que j'écrirai ici au singulier. A la rencontre, chacun va voir en l'autre les parties d'âme qu'il a enterré... Les égos vont bien tenter de l'empêcher par des conflits, mais les blessures remonteront à la surface, pour être guéries par l'Amour des flammes jumelles... Afin de commencer par nous aimer nous-même, condition première pour pouvoir donner de l'Amour sans attendre quelque chose en retour... Parce que l'on ne perd pas l'Amour que l'on donne...

J'ai écrit que la dépendance affective dépend de la façon dont nous nous voyons nous-même. Est-ce que le "nous-même" ne pourrait pas désigner, plutôt qu'un individu, le couple de flammes jumelles? Puisque nous partageons la même âme, ne serions-nous pas en présence d'une seule "écologie de l'âme"? Et donc que, de même que nous nous coupons de l'Amour de soi lorsque nous croyons voir en nous-même de mauvaises parties, nous nous coupons de notre Autre, de l'Amour de notre Autre lorsque l'on croit voir en lui du négatif...  La façon dont je vois mon Autre crée son comportement... Nous y sommes...

Pouvoir et responsabilité...

On pourrait penser que cette phrase donne du pouvoir sur le comportement de l'Autre... Oui et non: elle marche dans les deux sens! Et puis, elle donne aussi une grande responsabilité: celle de la façon dont on voit notre Autre... Une vigilance à avoir, comme pendant un voyage chamanique... Pour éviter que notre relation de flammes jumelles devienne une folie! Parce que notre pensée a des conséquences... Comment voit-on notre autre? Comment le décrit-on à nos amis, ou sur les réseaux sociaux? Se dire que, d'une certaine manière, on est en train de parler de soi-même...

Bien souvent les colères et ressentiments que l'on éprouve à l'égard de notre jumeau ne sont que des sursauts de nos propres dépendances affectives... Alors, on attrape cette chance d'être responsable du malaise, parce que cela veut dire que l'on a aussi prise dessus: retour à soi! Les émotions négatives sont les déchets de notre psychisme et, comme les déchets de notre corps, il est préférable de s'en défaire - en toute intimité - dans les cabinets... Des toilettes... Ou des psys!

Il est toujours plus facile de reprocher des choses à notre Autre que de travailler sur soi.... Peut-être que certains, lisant cet article, se diront "J'ai tout compris, c'est à cause de la façon dont mon Autre me voit!". Ils auront glissé dans une position de victime accusatrice, qui peut les laisser croire qu'ils n'ont pas de responsabilité dans les dysfonctionnements... Et qui leur enlève aussi toute capacité à faire évoluer les choses!

Eviter bien sûr de diminuer son Autre, tout en évitant de le placer sur un piédestal... Ce qui serait se diminuer soi-même! Dans un couple de flammes jumelles, nous avons deux personnes à Aimer!

Alors que penser, par exemple, des dénominations "runner" et "chaser"? Je les utilise régulièrement, parce qu'elles sont utiles dans la majorité des cas (pas tous). Il me semble pourtant que ces qualificatifs sont peu flatteurs... "Yin" et "yang" me semblent encore plus dépersonnalisés, de plus tous les thérapeutes flammes jumelles ne les emploient pas dans le même sens, ce qui porte à confusion... "Masculin" et "féminin" sont d'abord associés aux sexe physique, et donc éloignés de la diversité des cas... Puisque ces dénominations expriment une incomplétude, ne serait-il pas préférable d'utiliser, autant que possible, juste les prénoms?

En pratique?

Ma jumelle et moi avons connu dernièrement une courte séparation... Encore un petit peu de travail! Après un temps nécessaire pour nettoyer ce qui devait l'être, chacun de notre côté, je lui ai envoyé un livre, en lui disant que le titre exprimait bien comment je la voyais... Ce livre s'appelle: "Femme et déesse, tout simplement!".... J'ai reçu la plus belle des réponses!

 

 

Publié dans Flammes Jumelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article